DiscoverBoatingDiscoverBoatingDiscoverBoating

Roy Halladay, lanceur All-Star

Roy Halladay, lanceur All-Star

Hé, les passionnés du bateau, qui d’autre aime la vie sur les flots ? Roy Halladay, gagnant d’un prix Cy Young, voilà qui. Ce lanceur huit fois All-Star se retrouve souvent sur son bateau, en Floride, à pêcher, partir en croisière, ou simplement profiter du mode de vie du nautisme. Il a toujours aimé les deux passe-temps favoris, le baseball et le nautisme.

Découvrez le nautisme (DN) s’est entretenu avec Roy pour parler bateau et pêche…

Comment Roy a-t-il commencé à s’adonner au nautisme ?

DN : Comment as-tu commencé à faire du bateau et de la pêche ?

Roy : Mon grand-père était pêcheur et mon père était plaisancier. Alors avec tout ça, j’ai reçu le nautisme en héritage des deux côtés. Grand-papa m’emmenait pêcher avec lui et m’a enseigné la patience, plus que toute autre chose. Il m’a appris le plaisir d’être dehors, sur le lac, sur l’eau. Ça, c’était le meilleur pour moi. J’aimais aussi aller fureter dans son coffret de pêche ! Mon père a toujours eu des bateaux de toutes sortes : bateaux en aluminium, bateaux en fibre de verre, tout ce que vous pouvez imaginer. Nous passions beaucoup de temps à faire du ski nautique pendant le week-end, et aussi juste à nous promener en bateau et à pêcher.

« Le bateau m’aide à passer de bons moments en famille et entre amis, et m’aide à me détendre. » – Roy Halladay
Pourquoi Roy Halladay aime-t-il passer de bons moments sur l’eau ?

DN : Pourquoi aimes-tu le nautisme ?

Roy : Lorsque je fais du bateau, j’éteins habituellement mon téléphone, et je me consacre à la famille et aux amis. Lorsqu’on fait du bateau, c’est pour se détendre loin de tout. Pas de circulation, pas de files d’attente. C’est si tranquille. C’est une chance de s’évader : seul avec mes amis, seul avec mes pensées. J’aime tellement ça.

DN : Fais-tu du bateau en famille ?

Roy : Il se passe tellement de choses à la fois – les enfants sont à l’école, font du sport, font plein d’activités. Le fait de pouvoir dire : « Hé, on s’en va passer la nuit sur une île », c’est une chance inouïe de pouvoir s’évader ensemble. Juste les enfants et nous. En bateau, avec eux, il y a tant de choses à faire – de beaux moments de qualité entre nous.

DN : As-tu des conseils pour ceux qui envisagent le nautisme ?

Roy : Les bateaux peuvent sembler insurmontables au début – le faire fonctionner, la sécurité – mais, pour moi, j’ai pris une série de petits pas. J’ai commencé le nautisme juste après mon arrivée à Tampa dans les ligues mineures. J’ai acheté mon premier bateau et j’ai appris en tâtonnant. C’est amusant, mais j’ai commencé à petite échelle et j’ai grimpé à partir de là.

Quelques souvenirs de Roy Halladay

DN : Quels sont tes endroits favoris où faire du nautisme ?

Roy : On a trouvé un banc en Floride, juste sur l’Intercoastal à Tampa Bay, où on recule le bateau directement sur le banc. Il n’y a personne, c’est super tranquille, un peu comme notre petite île personnelle. Aussi, se rendre à Key West, c’est super. Que vous pêchiez sur un lac ou n’importe où de la Floride au Canada, de l’Alaska au Brésil, c’est incroyable, tout ce qu’on peut voir et vivre sur un bateau. C’est tellement relaxant.

DN : Quelle musique écoutes-tu à bord ?

Roy : Mon musicien favori en bateau, et de loin, est Kenny Chesney. L’une de ses chansons s’appelle « Boats » et parle d’un bateau comme d’un vaisseau de liberté, de protection ou de guérison… Super bonne chanson.