DiscoverBoatingDiscoverBoatingDiscoverBoating

Partager nos cours d'eau

Sharing OUr Water

Lorsque vous commencez à vous adonner à la voile, vous naviguez en voyant à l’œil nu où vous voulez vous rendre, et en vous y rendant. Certains passent toute leur carrière de plaisanciers de cette façon. Mais il est quand même bon d’apprendre les rudiments de la navigation - savoir lire une carte, se dessiner un trajet et gouverner à l’aide d’un compas. Ces rudiments sont faciles à apprendre et n’exigent pas que vous soyez mathématicien ! Si vous suivez un cours de voile, le plan de cours inclura chacun de ces éléments et d’autres encore.

L’aiguille magnétique d’un compas pointe toujours vers le nord magnétique. Elle vous indique la direction vers laquelle se dirige votre embarcation par rapport au nord magnétique. La face du compas indique les 360 degrés d’un cercle et comporte des points de repère fixes aux cinq degrés. Une carte de navigation, c’est comme une carte routière pour l’eau. Ces cartes sont offertes en diverses échelles. Les meilleures sont celles qui illustrent un secteur avec une quantité considérable de détails (une bonne échelle est, par exemple, 1:20 000). Une rose des vents, sur la carte, indique à la fois le nord géographique et le nord magnétique.

Voici quelques autres éléments que vous verrez sur une carte :

• Une balise, qui figure sur une carte sous forme de symbole biconique portant un numéro, indique un chenal ou un danger comme un haut-fond ou des pierres. Les balises vertes (les « plates ») portent un nombre impair. Les balises rouges en forme de cône portent un numéro pair. La règle générale au Canada, pour le suivi des balises, est la suivante, de la mer en direction d’un port : « Rouge, droite, retour » - laissez les balises rouges à droite lorsque vous retournez au port. Les balises avec des rayures horizontales vertes et rouges (appelées des « balises de bifurcation ») marquent la croisée de deux ou trois canaux. Il existe de nombreuses balises illuminées (clignotantes) ou d’autres types produisant un bruit à l’aide d’une cloche, d’un timbre avertisseur ou d’un sifflet. Ces caractéristiques sont indiquées sur les cartes. Par exemple, « Fl R 4sec BELL » représente une balise à cloche dotée d’un voyant rouge qui clignote aux quatre secondes. Les balises de jour non lumineuses sont situées sur l’eau et sur terre et marquent aussi les obstructions et les entrées de port. 

• Les cartes indiquent aussi la profondeur des eaux : blanc pour l’eau plus profonde, bleu clair pour l’eau peu profonde, et vert pour les régions marécageuses ou les endroits sans eau à marée basse. Les profondeurs à marée basse sont indiquées à intervalles fréquents. De plus, les cartes indiquent les objets évidents de grande taille que vous pouvez facilement voir à partir de l’eau, comme les clochers, les tours de diffusion radio et les mâts porte-drapeau. 

Après avoir commencé à pratiquer la voile seul, vous devriez vous préparer une trousse d’outils essentiels pour la navigation, surtout si vous comptez louer des voiliers. La plupart des voiliers à louer ont très peu d’équipement de navigation autre qu’un compas (et même là, pas dans tous les cas). Ainsi, apportez votre propre équipement. Voici ce dont vous avez besoin – il s’agit d’articles que vous trouverez facilement dans tout magasin d’articles de nautisme :

spill

• Une carte à jour du secteur où vous comptez pratiquer la voile. Achetez une carte imperméabilisée dans la plus grande échelle que possible : une carte à grande échelle couvre un plus petit secteur géographique, mais donne beaucoup plus de détails qu’une carte à petite échelle. Pour trouver ces cartes, adressez-vous à une boutique de nautisme ou communiquez avec le Service hydrographique du Canada (http://www.charts.gc.ca/pub/) pour découvrir comment acheter une de ses cartes pour la région qui vous intéresse. 

• Une règle parallèle qui comporte en fait deux règles rattachées ensemble avec une charnière de façon à rester parallèles même si vous changez la distance entre elles. Avant de partir, utilisez la règle parallèle pour déterminer la latitude et la longitude des endroits-clés : votre point de départ, vos points de destination envisagés, etc. et notez-les sur votre carte. Dessinez des lignes entre les points-clés, en inscrivant sur les lignes le relèvement magnétique, dans les deux directions. Il est plus facile de faire ceci sur la terre ferme plutôt qu’à bord. Vous apprendre à le faire dans le cadre de votre cours de voile. 

• Un compas de relèvement qui est un compas simple doté d’une mire. Il suffit de le pointer vers un phare, un point de repère, etc. et de lire la direction — le « relèvement » — de cet objet dans le compas. Prenez le relèvement de deux objets ou plus, indiquez-les sur votre carte. L’endroit où les lignes se croisent indique l’endroit où vous vous trouvez. Si vous avez un dispositif GPS (voir ci-dessous), vous n’aurez pas à faire ceci, mais si votre bateau loué n’a pas de compas, le compas de relèvement pourra vous aider pour la navigation également.

• Un dispositif GPS simple. Les vieux marins disent qu’il est essentiel d’apprendre à piloter avec une carte, une règle parallèle et un compas à pointes sèches (un petit instrument utilisé pour mesurer et reporter les distances), et cela est bien vrai. Mais à bord d’un petit bateau, avec peu de place pour placer la carte, le souffle du vent et les éclaboussements, un dispositif GPS peut vous faciliter la vie. Il peut vous dire où vous êtes, le parcours que vous suivez, et, si vous indiquez les coordonnées de votre destination (ce que vous pouvez faire sur la terre ferme, avant de partir), sa distance et sa direction. Les dispositifs GPS fonctionnent bien la nuit et dans le brouillard, également. Assurez-vous de mettre le vôtre dans un boîtier étanche et d’apporter des piles de rechange.

• Une radio marine VHF à main. Si vous affrontez des ennuis, la radio VHF est la façon la plus rapide de demander de l’aide : la garde côtière, la patrouille marine, le directeur de port et autres autorités surveillent tous le canal VHF 16. Vous pouvez aussi y recevoir des bulletins et prévisions météorologiques. Procurez-vous un modèle de base, à l’épreuve de l’eau, et chargez les piles avant chaque parcours.

Le pilotage côtier et la navigation sont des sujets fascinants. Plus vous pratiquez le nautisme, plus vous voudrez vous spécialiser à leur sujet. Les systèmes de relèvement électronique, comme les systèmes GPS (le « Global Positioning System » par satellite) ont beaucoup simplifié la tâche des navigateurs.