DiscoverBoatingDiscoverBoatingDiscoverBoating

ressources

Articles

Il y a tant à aimer, et à apprendre, au sujet du nautisme. C’est pourquoi nous avons créé cette médiathèque d'articles, de vidéos et de billets de blogue pour vous aider dans le cadre de vos aventures.

Que fait la quille?

La quille est comme une lame plate, fixée au fond d’un voilier, qui s’enfonce dans l’eau. Elle sert à deux choses : elle prévient que le bateau soit soufflé vers le côté par le vent, et elle sert de ballast pour que le bateau demeure bien droit.

Les quilles ont plusieurs styles. Les bateaux traditionnels sont dotés de quilles intégrées à la forme de la coque. Le ballast est fixé au bas de la quille ou est placé à l’intérieur. La quille est fabriquée du même matériau que le bateau — habituellement fibre de verre, aluminium ou bois, et le ballast est fabriqué de plomb. Cette conception est robuste et a fait ses preuves au fil du temps. Elle est particulièrement indiquée pour les bateaux de croisière qui peuvent s’échouer sur les récifs ne figurant pas sur les cartes ou qui peuvent avoir à être halés dans un point éloigné du globe.

La plupart des voiliers modernes ont une quille en « aileron ». Ces « appendices » à haut rendement et à taux de traînée restreint sont normalement coulés en plomb et fixés au fond assez plat de la coque. Certains bateaux en fibre de verre ont un petit « moignon » moulé dans la coque, et c’est là qu’est fixé l’aileron. La plupart des quilles en aileron ressemblent aux ailes d’un avion de combat à réaction alors que d’autres – ceux des yachts de l’America’s Cup, par exemple— ressemblent à des sculptures abstraites qui vous font vous demander ce qui les tient en place !

Les ailerons donnent le ballast requis, mais sont encore plus efficaces que les quilles traditionnelles pour prévenir la dérive, ce mouvement latéral du bateau causé par le vent dans les voiles. La dérive cause un problème surtout si le bateau vogue dans le vent. Les voiliers dérivent toujours un peu, même si ce n’est que de quelques degrés. Pourtant, cette dérive minime est suffisante pour créer un « angle d’attaque » entre l’eau qui passe et l’aileron, ce qui à son tour crée une pression différente des deux côtés de l’aileron. Cette pression est comme celle du vent sur l’aile d’un avion, ou dans les voiles d’un voilier, sauf qu’elle se produit sous le bateau. La quille est attirée vers le côté accusant le moins de pression qui, heureusement, est le côté face au vent. Ainsi, lorsque la quille en aileron tente de se tirer (et de tirer le bateau) dans le vent, elle annule presque toute la dérive causée par le vent et en laisse juste assez pour créer un peu plus de flottaison autour d’elle.

La plupart des débutants en voile pensent que la quille ne sert que de ballast, mais la réalité est toute autre. C’est en fait une aile, volant sous votre bateau.